Réponse à une lettre ouverte remplie de contre-vérités

Madame, Monsieur, les représentants des associations ASVR, Environnement 93, Patrimoine et environnement Romainville, Romainville Sud et Romainville sur Argile

Suite à la publication d’une lettre ouverte à l’intention du Maire, adressée à de nombreux représentants de l’État et élus de la République, nous souhaitons par la présente vous apporter des éléments de réponses aux nombreuses contre-vérités portées par votre courrier.

Située à deux kilomètres de Paris, la ville de Romainville s’inscrit depuis les années 2000 dans une dynamique de développement urbain, économique et social exigeante, conforme aux orientations portées par la Région Île-de-France à travers le Schéma directeur d’Île-de-France et par l’établissement public territorial d’Est Ensemble, en particulier le Plan local de l’Habitat adopté en 2015.

Après des décennies d’absence de politiques publiques de développement du territoire, la municipalité de Romainville s’est engagée auprès des Romainvillois et Romainvilloises à porter un projet de ville partagé avec la population à l’occasion de nombreux ateliers urbains au début des années 2000.

Forts de projets urbains aboutis (PRU Marcel Cachin, réhabilitation Langevin, restructuration avenue Paul Vaillant Couturier, …) et du renouvellement de la confiance des électeurs en 2004, 2007, 2008, 2011 et 2014, nous poursuivons cette dynamique afin d’améliorer durablement le cadre de vie des habitants mais aussi apporter, à travers une mixité sociale et fonctionnelle forte, des opportunités d’emplois et de parcours résidentiels.

C’est en ce sens que, dès 2003, en adhérant à l’Association pour le prolongement de la ligne 11 la municipalité s’est engagée avec détermination pour assurer, enfin, un développement des transports en commun structurants. Aujourd’hui, elle reste mobilisée pour l’arrivée du T1 dans le respect du tracé et des délais et travaille avec les villes voisines, consciente de la topographie du territoire et de ses enjeux, pour la création d’un métro câble reliant le pôle de la Folie aux Lilas.

La réhabilitation du parc de logement social, et notamment le travail sur la forme urbaine des quartiers construits dans les années 60, caractérisée par des tours et des barres, reste une priorité tout comme le travail fin sur l’habitat privé dégradé. Mobilisées contre la précarité énergétique et le réchauffement climatique, la municipalité et Romainville habitat OPH imposent des normes de constructions aux opérateurs afin d’assurer une diminution des charges des habitants tout en privilégiant l’emploi de matériaux de constructions nobles visant la qualité architecturale et la pérennité du bâti.

Soucieuse de conserver l’identité du territoire sans pour autant la figer, la ville conduit la requalification urbaine avec une vigilance particulière (préservation du patrimoine bâti remarquable, des sentes, des largeur des voies en cœur de ville) conformément aux objectifs actuellement en cours d’inscription dans le projet de PLU patrimonial. Document cadre structurant, à l’élaboration duquel des associations volontaires sont associées.

Si les capacités d’intervention des pouvoirs publics sont en principe limitées lors de cessions entre personnes privées, des outils ont néanmoins été conçus pour maîtriser la transformation du territoire. Ainsi, la municipalité a créé dès 2012 une Charte promoteurs afin de contraindre ces derniers, dans le cadre de projets publics ou privés, à respecter des exigences architecturales, environnementales et limiter les prix de vente des logements. Elle a développé un partenariat avec l’Établissement public foncier d’Île-de-France afin d’assurer la maîtrise foncière des secteurs à enjeux (ZAC de l’Horloge, abords prolongement ligne 11 et T1), et engage aujourd’hui des projets urbains partenariaux (PUP) afin d’assurer une participation aux investissements publics des opérateurs.

La création de logements s’accompagne d’un renforcement des équipements publics visant à améliorer les conditions d’accueil tout en anticipant au mieux les besoins.

L’étude conduite depuis fin 2015 par un cabinet spécialisé vient conforter les investissements engagés dès 2015 pour l’agrandissement de l’école élémentaire Marcel Cachin (financé en partie grâce à l’aide aux maires bâtisseurs), le lancement de la réalisation du pôle éducatif Youri Gagarine, ou encore la création d’un multi-accueil pour les 2-3 ans Louis Aubin. Le budget 2016 et le plan pluri-annuel d’investissements, prévoient également des travaux d’extension d’écoles et la réfection de nombreuses cours d’écoles dans lesquelles il ne s’agit aucunement d’y créer des logements mais bien d’augmenter les capacités d’accueil et pour certaines, de permettre l’ouverture des espaces extérieurs en dehors des heures d’enseignement pour d’autres.

Le développement des équipements petite enfance, des établissements d’enseignement se prolonge avec la mobilisation de l’éducation nationale et des collectivités partenaires afin d’assurer la continuité d’un parcours scolaire de qualité sur le territoire. Aussi, la municipalité est entièrement mobilisée pour la réalisation d’un lycée d’enseignement général au sein de la ZAC de l’Horloge.

Parallèlement, la requalification complète du complexe sportif Baldit, des espaces publics et la création de nouveaux lieux de vie et de rencontres telles que la Place des Commerces, la couverture de l’autoroute A3, la Place commerçante et la Rambla au cœur du projet Youri Gagarine ou encore la Place de l’Horloge, ont été pensés dans la continuité du projet de ville. L’appui au développement des commerces et lieux associatifs à vocation culturelle sont également des éléments indispensables à l’animation des espaces publics et au renforcement des liens sociaux.

Pour porter ces ambitions la municipalité de Romainville a inscrit 31 millions d’euros d’investissements au budget prévisionnel 2016 sans augmenter la fiscalité, comme elle s’y est engagée, pour la huitième année consécutive.

Ce projet de ville s’inscrit aussi pleinement dans une volonté de préservation de notre environnement.

C’est le sens du travail conduit avec Est Ensemble sur la problématique des déchets (développement des composteurs individuels et collectifs, extension de la collecte par aspiration pneumatique des déchets, installation, ..) et les nombreuses actions de sensibilisations conduites auprès de tous les publics pour construire ensemble une ville durable.

Le respect du paysage est donc aussi une priorité : la préservation des cœurs d’îlot boisés, l’avancement des travaux de l’Ile-de-Loisirs fait l’objet d’une mobilisation quotidienne de la ville. Il s’agit de concilier le maintien de la faune et de la flore tout en acceptant que le boisement sauvage, dont la qualité n’est pas partout remarquable, puisse être adapté à un usage de loisirs. Pour aller plus loin encore, le développement de l’agriculture urbaine sous diverses formes participera au renforcement de la biodiversité et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Enfin, vous affirmez que la municipalité privilégie le développement urbain au détriment de la santé publique, qu’elle « élude » les problématiques de pollutions, de qualité des sols. Il est intolérable que vous puissiez affirmer que la ville se soustrait à ses responsabilités. Vous soulignez les risques avérés sur la nature des sols. Vous l’ignorez certainement mais la ville a participé, en plusieurs endroits, au comblement de fontis, un périmètre autour de l’Ile-de-Loisirs est inscrit au sein d’un plan de prévention des risques nécessitant le contrôle des projets par l’inspection des carrières. Aujourd’hui, chaque projet de construction, sur l’ensemble du territoire national, doit être conforme aux attentes réglementaires faire l’objet d’études avant mise en œuvre.

Il s’agit, là encore, de grossières interprétations. Les associations que vous représentez, créées seulement depuis les années 2010, ont une vision erronée ou partisane. Les pouvoirs publics, ville et État, sont aussi engagés depuis plus de dix ans sur les sujets de pollution et en particulier sur le secteur des Ormes.

Mesdames, Messieurs, sachez que les associations et les citoyens ont toute leur place dans les nombreux dispositifs de participation (ateliers urbains, conseils citoyens, …) pour accompagner les projets et éclairer les décisions prises par les élus, représentants de l’intérêt général, dans la conduite du projet de ville, pour peu, bien évidement que chacun veuille participer de manière constructive au débat.

Soyez assurés que nous travaillons au quotidien pour améliorer le cadre de vie des habitants.

 

Corinne Valls, Maire, Vice-Présidente du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Bruno Lotti, Président du groupe des élus Socialistes

Jacques Champion, Président du groupe Mouvement de la Gauche Citoyenne

Stéphane Weisselberg, Président du groupe Europe Ecologie les Verts de Romainville

Viviane Van de Poele, Présidente du groupe Forum

Marcel Trasi, Président du Comité des citoyens gaullistes de Romainville

Publicités

Les élus du MGC votent contre la hausse de la TEOM

Intervention de Jacques Champion sur taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)

« Mes chers collègues,

Au nom des élus de Romainville, je voudrai intervenir sur l’harmonisation proposée de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

Certes, comme la loi nous y oblige les taux de la TEOM de chacune de nos communes doivent être harmonisés en 2021, mais la TEOM doit financer la collecte et le traitement des déchets ménagers, ainsi que ceux générés par les entreprises (modification de la loi de 2015)

Les deux conditions auraient pu nous conduire à une réflexion autre que celle qui nous a été proposé l’an passé avec le taux cible passé de 7,50 à 8,15% ou celle de cet exercice budgétaire.

Une autre réflexion, parce que d’une part nous nous étions engagés à ne pas accroître la pression fiscale. D’aucuns nous rétorquerons qu’il s’agissait là d’un engagement à la création de notre agglomération et que les temps ont changé. Mais justement vouloir accroître les finances de notre territoire et pour quelques 250 000 euros de produit supplémentaire cette année, dans le contexte nouveau de la Métropole, va de nouveau se répercuter sur les ménages de notre territoire.

En conséquence pour 6 de nos 9 villes, nous allons être ancrés à expliquer à nos concitoyens que leurs impôts augmentent sans contre partie.

A l’heure où nous devons accompagner et amplifier la sensibilisation des habitants aux consignes de tri et créer les conditions pour réduire de 10 % d’ici 2020 la quantité de déchets ménagers assimilés, les habitants de notre territoire ne comprendraient pas cette augmentation.

En effet pour répondre à la légitime demande ou ambition, de nombre de nos concitoyens, il conviendrait d’être beaucoup plus performant en la matière. Or être plus performant signifie plus vertueux quant à nos déchets et tendre vers le zéro déchet. Vous conviendrez que nous sommes encore loin du compte et pourtant que nous pourrions tendre vers cet objectif.

Objectif vertueux qui devrait, de fait réduire nos coûts d’enlèvement et de traitement.

Donc à terme ces taux de TEOM n’auront plus de sens si ce n’est à utiliser le levier fiscal à d’autres fins.

Pour ces raisons nous nous prononcerons contre cette délibération, contre cette hausse de la TEOM tout en assurant que nous continuerons à agir pour le zéro déchet. »

Visite du Président de la République à Romainville sur le thème du logement

C’est avec un grand plaisir que nous avons, Madame le Maire et les élu-es de la municipalité, accueilli le Président de la République à Romainville en présence de la ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse, du Président de l’Assemblée nationale et député de notre circonscription, Claude Bartolone, du Préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, du Président du Conseil départemental de Seine-saint-Denis, Stéphane Troussel, du Président d’Est Ensemble, Gérard Cosme, du Délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, Thierry Repentin.

 Romainville a été choisie pour cette visite présidentielle en raison de notre politique particulièrement dynamique en matière d’urbanisme et de logement. Le Président l’a d’ailleurs rappelé, Romainville a été primée fin 2015, numéro un des « maires bâtisseurs », recevant une aide de l’Etat de 1,43 million d’euros pour poursuivre son action. Lors de cette visite, le Président de la République a annoncé des mesures en faveur du logement social et intermédiaire, de l’accession à la propriété, via notamment le prêt à taux zéro, et de la construction de logements, par la libération de foncier public dont la ville de Romainville a bénéficié dans le secteur de la Zac Jean Lemoine.

Le Président de la République a pris le temps de découvrir deux projets d’aménagement sur notre commune. Projets qui permettent d’améliorer les conditions d’habitat des habitants mais aussi de répondre aux besoins criants de logements dans la région parisienne. Les élus locaux doivent avoir une forte volonté politique pour accompagner la construction de logements adaptés aux besoins des habitants du territoire et apporter, à travers une mixité sociale et fonctionnelle forte, des opportunités d’emplois et de parcours résidentiel, pour créer une ville durable. Le Maire de Romainville a indiqué au Président de la République la nécessité de soutenir l’action des élus qui portent une volonté politique forte pour moderniser les territoires et les inscrire dans la métropole en devenir.

La municipalité de Romainville conduit depuis les années 2000 une transformation urbaine profonde à travers de nombreux projets d’aménagement dans les quartiers d’habitat social, la création de Zones d’aménagement concerté ou encore à la conduite d’opérations de requalification du centre ancien afin d’assurer pour tous les Romainvillois et Romainvilloises un cadre de vie agréable au sein de logements durables et de qualité. Ces projets s’intègrent dans un projet de ville maîtrisé grâce à la charte promoteurs créée en 2012 qui permet de créer, en limitant les prix de sortie des logements, un véritable parcours résidentiel pour les habitants du territoire tout en garantissant la participation des opérateurs au financement des équipements publics indispensables pour assurer à chacun sa place dans la ville et conserver la singularité du territoire en proposant un cadre de vie amélioré aux habitants actuels et un accueil de qualité aux nouveaux habitants.

12985473_10207626245312178_3941947843811643275_n

12931230_10207626249792290_1718853889748371537_n

12932986_10207626257912493_2056007140537651147_n

image1

12936777_10207626254712413_1079330625764878083_n

12961554_10207626259952544_6156401104161228123_n

12963648_10207626260992570_780947227342486168_n

 

Des investissements pour l’avenir

Madame le Maire et les élu-es de la majorité municipale travaillent, dans la continuité des engagements pris devant la population en mars 2014 à améliorer le cadre de vie des habitants et renforcer l’offre d’équipements publics pour accompagner le développement du territoire.

Ce développement urbain nécessaire pour accompagner l’arrivée de la ligne 11 du métro et du T1 est maitrisé.

L’année 2016 sera donc marquée par de lourds investissements pour renforcer nos équipements publics.

L’agrandissement en cours de l’école Marcel Cachin, pouvant à terme accueillir six classes, le lancement à l’été 2016 de la réalisation d’un pôle enfance structurant pour le quartier Youri Gagarine, comprenant une école élémentaire, maternelle ainsi qu’une crèche ou encore les réflexions en cours pour l’extension des groupes scolaires dans le secteur des Bas-pays et du centre ville pour proposer des conditions d’apprentissages confortables à notre jeunesse

La réfection de la crèche Floréal devrait elle aussi permettre d’asseoir durablement les équipement publics en direction des tous petits, tout comme la réalisation d’un nouveau gymnase allée Bellevue et l’agrandissement du stade baldit pour les sportifs. La livraison du conservatoire, lui aussi agrandit, sera livré en septembre 2016.

Ainsi les élu-es de la majorité municipale, soucieux de l’accompagnement de l’évolution de la ville rendent cohérent le développement des services publics.