Une nouvelle carte scolaire pour une meilleure mixité sociale

La municipalité conduit depuis fin 2015 une étude des besoins scolaires sur l’ensemble du territoire afin de proposer à la rentrée 2017 une nouvelle carte scolaire, assurant plus de mixité sociale pour garantir la réussite de tous les élèves romainvillois.

Ce travail se fait en étroite collaboration avec l’ensemble de la communauté éducative : représentants des parents d’élèves, enseignants, direction des écoles, inspecteur de l’éducation nationale, conseils citoyens participent à des groupes de travail. Ce travail de concertation permet de mettre en exergue les leviers pour renforcer la mixité sociale au sein des établissements scolaires de la ville.

La volonté de la municipalité est d’assurer aux enfants des conditions d’accueil et d’apprentissage de qualité. Cela passe pas de lourds investissements afin d’étendre ou construire des établissements mais également par la refonte de la carte scolaire pour offrir à l’ensemble des enfants des conditions d’accueil permettant leur épanouissement et offrant un cadre pédagogique de qualité.

Vous le voyez, notre engagement pour assurer un parcours éducatif de qualité aux jeunes romainvillois est total.

Vœu de la majorité municipale de Romainville concernant la mise en œuvre du Groupement Hospitalier de Territoire

Lors du Conseil municipal du 25 mai, la majorité municipale a présenté un vœu concernant la mise en œuvre du Groupement Hospitalier de Territoire.

Ce vœu a été adopté à l’unanimité.

 

« L’article 27 du projet de loi « modernisation du système de santé » institue des GHT, groupements Hospitaliers de Territoire.

Ils ont pour objectifs d’assurer une égalité d’accès à des soins sécurisés, de qualité tout en garantissant une offre de soins de proximité et de rationaliser des modes de gestion par une mise en commun de fonctions ou par des transferts d’activités entre établissements.

Le Conseil municipal de Romainville considère qu’en aucun cas la rationalisation des modes de gestion ne peut être prétexte à la diminution de l’offre de soins et de services de proximité des populations qui ne ferait qu’aggraver les inégalités sociales et territoriales de santé dont souffrent trop les patients de notre territoire.

Le CHI André Grégoire doit rester un établissement public généraliste de proximité.

Préalablement à la rédaction d’un projet médical partagé, le Conseil municipal de Romainville demande qu’un diagnostic précis du territoire soit effectué.

Ce diagnostic portera :

– sur la situation médicale et financière des différents hôpitaux concernés par le GHT,

– sur les nouveaux besoins apparus sur le territoire,

– sur la cohérence des coopérations entre les établissements et avec la médecine de ville,

– sur la pérennité des missions du service public hospitalier,

Par ailleurs, la réussite de ce grand chantier ne peut se faire qu’avec la mise en place d’un projet médical partagé conditionné par la participation de l’ensemble des acteurs dès sa conception.

Ce document stratégique doit organiser la réponse coordonnée aux besoins des soins hospitaliers des patients de nos territoires. Sa viabilité et son efficacité reposent sur son ancrage dans les ‘‘territoires’’ et sur la concertation des acteurs concernés : les personnels hospitaliers, les élus locaux et les usagers.

Vu les objectifs visés par l’article 27 de la loi de modernisation du système de santé,

Considérant le besoin d’accès aux soins de qualité dans nos territoires, le Conseil municipal de Romainville demande à Monsieur le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé d’Île de France la mise en place du diagnostic préalable à la rédaction du Projet médical partagé et l’intégration de tous les acteurs concernés à la rédaction de celui-ci. »