Pour une véritable solidarité métropolitaine

À l’heure où l’on débat de la réforme institutionnelle du Grand Paris, il est plus que nécessaire d’avoir un projet métropolitain réellement solidaire afin d’enrayer la spirale de la pauvreté à l’œuvre dans les quartiers les plus défavorisés et d’engager une véritable politique de rééquilibrage du logement social à l’échelle métropolitaine.

Notre territoire ne peut appliquer strictement des règles nationales qui ne prennent pas en compte les difficultés que nous connaissons. Le territoire d’Est Ensemble concentre 38% de logements sociaux et 20% du total des logements très sociaux de la Métropole du Grand Paris. L’application de ces règles conduirait à reconstruire des logements très sociaux dans un territoire qui en concentre déjà beaucoup.

Notre territoire a historiquement placé la solidarité au cœur de son identité mais tous ces efforts seront vains si l’État continue d’orienter systématiquement les publics les plus en difficulté vers les territoires de Seine-Saint-Denis. Nous ne pouvons pas être les seuls à porter le devoir de solidarité qui doit être partagé entre toutes les communes de la métropole car nous sommes convaincus que l’équilibre et la cohésion d’une ville tient pour beaucoup à sa mixité sociale, et la mixité sociale passe par la diversification des logements.

Publicités

Des transports structurants pour le territoire

Le territoire d’Est Ensemble manque cruellement de transports structurants. Même si les travaux du prolongement de la ligne 11 se poursuivent, d’autres projets attendent encore leurs financement. Après une première convention d’un montant de 7 millions pour le prolongement du T1, les élus du territoire attendent avec impatience la signature de la deuxième pour 2018 pour la bonne poursuite du projet.

C’est aussi avec impatience que nous attendons les financements du Tzen3, qui doit relier la Porte de Pantin aux Pavillons-sous-Bois. Le Tzen 3 desservira toute la Plaine de l’Ourcq et assurera des correspondances avec la ligne 5 du métro, le tram T3b et T4, et le RER E.

Sans oublier le Grand Paris Express, dont les lignes 15 est, une partie de la 16 et une partie de la 17 sont menacées dans leur réalisation ou leur calendrier. Alors même que les lignes 15 est et 16 permettront le développement des territoires enclavés de Seine-Saint-Denis où les habitants n’ont pas accès à des transports en commun structurants et que la 17 renforcera la desserte du premier aéroport international français.

Les enjeux et bénéfices de ces projets de transport sont cruciaux pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens et au désenclavement de nos quartiers. Nous continuerons à nous mobiliser pour un accès pour tous à la mobilité.

Tribune du magazine territorial d’Est Ensemble

Permettre l’accès à la culture à tous

Les élus du Mouvement de la gauche citoyenne font continuellement le pari de la culture et la compte parmi leurs priorités; car, non seulement elle apporte de la vie dans nos quartiers, du sens dans nos vies, mais elle contribue aussi à la formation et à l’éducation qui sont des conditions essentielles pour l’avenir de notre société.

C’est pour cette raison, que même si nous avons salué le travail qui a été accompli par les services d’Est Ensemble et des villes, ainsi que du groupe culture sur l’harmonisation des tarifs des conservatoires, même si nous avons reconnu la nécessité d’harmoniser les tarifs afin de rendre plus visible nos politiques publiques auprès des habitants, nous avons regretté que cette harmonisation se fasse par le haut pour certains habitants et en ce sens nous avons voté contre ces nouveaux tarifs.

C’est pour cette raison également que nous comprenons et partageons l’émotion suscitée par le départ du directeur du conservatoire Nina Simone. Il est inimaginable d’avoir seulement une approche administrative pour gérer les équipements culturels au dépend d’une approche pédagogique. Il est nécessaire d’avoir également une vision artistique pour poursuivre les actions de sensibilisation, de diversification et de développement des publics que le conservatoire a su mettre en place depuis des années.

Plaine de l’Ourcq : pour un véritable rééquilibrage métropolitain

Début juillet, Est Ensemble et ses partenaires vont signer un contrat d’intérêt national (CIN) concernant le territoire de la Plaine de l’Ourcq. Aujourd’hui ce grand territoire que traverse le canal voit éclore les projets de ZAC sans réelle coordination ni recherche de cohérence entre les différents programmes.

Ce CIN favorisera une gouvernance partenariale et mettra à disposition les outils de l’État et de ses opérateurs afin d’agir concrètement en faveur du développement de la Plaine de l’Ourcq.

Pour ce faire, il est nécessaire de s’appuyer sur le Canal de l’Ourcq, véritable fil conducteur de ce CIN et d’y associer l’ensemble des partenaires pour un véritable rééquilibrage métropolitain comme la RATP pour l’arrivée du Tzen3 ou encore le Syctom sur la question des déchets.

Ce CIN doit également contribuer à l’émergence d’un territoire rayonnant à l’échelle métropolitaine. Territoire qui abrite déjà des structures d’avenir comme Biocitech, parc technologique consacré aux sciences de la vie et qui porte des projets innovants tel que le développement de l’agriculture urbaine sous différentes formes.

Les élus du MGC votent contre la hausse de la TEOM

Intervention de Jacques Champion sur taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)

« Mes chers collègues,

Au nom des élus de Romainville, je voudrai intervenir sur l’harmonisation proposée de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

Certes, comme la loi nous y oblige les taux de la TEOM de chacune de nos communes doivent être harmonisés en 2021, mais la TEOM doit financer la collecte et le traitement des déchets ménagers, ainsi que ceux générés par les entreprises (modification de la loi de 2015)

Les deux conditions auraient pu nous conduire à une réflexion autre que celle qui nous a été proposé l’an passé avec le taux cible passé de 7,50 à 8,15% ou celle de cet exercice budgétaire.

Une autre réflexion, parce que d’une part nous nous étions engagés à ne pas accroître la pression fiscale. D’aucuns nous rétorquerons qu’il s’agissait là d’un engagement à la création de notre agglomération et que les temps ont changé. Mais justement vouloir accroître les finances de notre territoire et pour quelques 250 000 euros de produit supplémentaire cette année, dans le contexte nouveau de la Métropole, va de nouveau se répercuter sur les ménages de notre territoire.

En conséquence pour 6 de nos 9 villes, nous allons être ancrés à expliquer à nos concitoyens que leurs impôts augmentent sans contre partie.

A l’heure où nous devons accompagner et amplifier la sensibilisation des habitants aux consignes de tri et créer les conditions pour réduire de 10 % d’ici 2020 la quantité de déchets ménagers assimilés, les habitants de notre territoire ne comprendraient pas cette augmentation.

En effet pour répondre à la légitime demande ou ambition, de nombre de nos concitoyens, il conviendrait d’être beaucoup plus performant en la matière. Or être plus performant signifie plus vertueux quant à nos déchets et tendre vers le zéro déchet. Vous conviendrez que nous sommes encore loin du compte et pourtant que nous pourrions tendre vers cet objectif.

Objectif vertueux qui devrait, de fait réduire nos coûts d’enlèvement et de traitement.

Donc à terme ces taux de TEOM n’auront plus de sens si ce n’est à utiliser le levier fiscal à d’autres fins.

Pour ces raisons nous nous prononcerons contre cette délibération, contre cette hausse de la TEOM tout en assurant que nous continuerons à agir pour le zéro déchet. »

Usine de méthanisation: un nouveau projet est nécessaire – Janv-fév 2014

Le syctom a fait le choix de faire appel de la décision du Tribunal Administratif de Montreuil du 18 avril 2013, décidant l’annulation de l’arrêté autorisant l’exploitation du centre multifilère de traitement des déchets ménagers.

Pourtant, le grave accident survenu le 2 novembre dernier à l’usine de Fos-sur-Mer nous oblige à redoubler de vigilance. Conscient des risques que pourrait connaitre le projet, le Conseil Communautaire d’Est Ensemble a voté il y a un an un avis défavorable au projet de centre de tri-mécano-biologique par méthanisation et a demandé un nouveau projet plus sécurisant, plus petit, plus innovant et nécessitant un nouveau débat avec les habitants. Il est nécessaire de définir un nouveau projet à l’aide d’un cahier des charges strict, intégrant les conditions énoncées dans l’avis, voté à l’unanimité des membres du Conseil communautaire.

Un simple avenant au marché conclu avec la société Urbaser n’apportera pas les garanties nécessaires. Les enjeux pour notre territoire, supposent que nous prenions le temps nécessaire à la conception d’une installation performante grâce à un traitement des déchets exemplaire et que chacun soit entendu dans le cadre d’une large concertation.

Jacques Champion,

Président du groupe des élu(e)s du Mouvement de la Gauche Citoyenne

jacques.champion@est-ensemble.fr

Pour une Métropole solidaire et durable – Nov-Déc 2013

Pour une Métropole solidaire et durable

La création de la Métropole du Grand Paris est un nouveau souffle pour le développement de notre région et un outil de réduction des inégalités sociales et territoriales. La péréquation entre les territoires riches de la métropole et ceux moins biens lotis et celle du logement social devront être facteurs d’équité territoriale.

Que la Métropole du Grand Paris soit le vecteur d’une vision stratégique de la métropole francilienne, qu’elle joue un rôle de pilotage en matière d’aménagement, d’habitat, de développement durable est une bonne chose.

Mais encore faut-il que cette superstructure clarifie les compétences et ne dilue pas les échelons de proximité au risque de participer de la défiance de nos concitoyens envers les décisions publiques prises d’en haut.

C’est la question essentielle que nous portons depuis le 23 juillet; l’articulation entre territoire et proximité. C’est ce qu’a défendu le Président de notre communauté d’agglomération, Gérard Cosme, devant le Sénat pour que cette réforme s’appuie sur la longue expérience des collectivités qui agissent au plus près de nos concitoyens.

Jacques Champion, Président du Mouvement de la Gauche Citoyenne