Réunion publique de concertation sur l’avenir du site du Syctom

Intervention de Corinne Valls, Maire de Romainville, lors de cette première réunion publique de concertation

« Monsieur le Président du Syctom, Monsieur le garant de concertation, Mesdames, Messieurs,

J’ai le plaisir de vous recevoir ce soir à Romainville pour la première réunion publique de concertation sur l’avenir du site de transfert et de tri situé aux Bas Pays.

Certains ici se souviennent des débats sur le projet de tri-mécano-biologique et méthanisation qui ont débuté ici même le 1er février 2012 à l’occasion d’un moratoire. Un moratoire rendu nécessaire à l’époque pour reprendre une concertation à partir d’un projet ficelé. Suite à une décision de justice en 2015, le projet de TMB méthanisation a été abandonné.

Aujourd’hui, les besoins de modernisation du centre de tri et de transfert de Romainville sont criants. Le Syctom a engagé un dialogue depuis plusieurs mois avec les élus des territoires concernés, avec les associations pour que nous puissions définir ensemble un projet à partir d’hypothèses. Cette démarche de co construction portée par le Syctom est à saluer.

Le Syctom, la municipalité, le territoire d’Est Ensemble ont un objectif commun : porter un débat constructif pour ne pas revivre les passions passées et porter collectivement un projet ambitieux pour mieux traiter nos déchets et préserver notre environnement.

Permets moi Hervé de reprendre tes propos formulés à l’occasion d’un atelier-rencontre sur la mixité urbaine en avril dernier « Il faut que le projet soit beau, que l’on compense, récompense les territoires qui accueillent ces installations et traitent les déchets des communes voisines. Enfin, il faut que l’installation soit un objet de valorisation pour le territoire, tant par son architecture que par ses performances ».

En ce sens la majorité municipale a eu l’occasion de s’exprimer sur sa vision du site en devenir et les exigences que nous portons : utiliser la voie fluviale pour l’évacuation des déchets, développer le traitement des bio déchets, maintenir et optimiser la déchetterie actuelle et créer une ressourcerie. Ces évolutions vont dans le sens d’une gestion plus durable de nos déchets et d’une revalorisation indispensable pour préserver et valoriser notre environnement.

La majorité municipale a aussi rendu publique depuis plusieurs mois sa position pour un projet maintenant les fonctions actuelles du site en les modernisant, en optimisant la gestion de déchets mais en écartant l’hypothèse de la création sur site d’une chaufferie à partir de combustibles solides de récupération. Cette solution n’est pas attendue par la collectivité pour répondre à des besoins en énergie, il y a aujourd’hui des systèmes plus durables qui par ailleurs ne nécessiteraient pas de déployer des réseaux sur un secteur qui sera en partie aménagé à l’horizon 2023.

Parallèlement à la définition du programme du SYCTOM, nous travaillons à la réduction massive des déchets sur le territoire pour une politique publique vertueuse. Pour exemple, dans le cadre du Plan déchet municipal des collectes sélectives de bio-déchets seront mise en place dès cet automne au sein de toutes les écoles, pour les particuliers et les professionnels dans le secteur du Bas Pays, et enfin pour les commerçants du marché du centre. Nous entendons rapidement généraliser ces expériences pour réduire drastiquement les ordures ménagères résiduelles et poursuivons la sensibilisation pour améliorer le tri sélectif. Il est de la responsabilité de chacun de prendre la mesure de l’impact de nos déchets sur l’environnement !

Ici ce soir, je sais que nous partageons cette ambition pour l’avenir de notre territoire. Je remercie encore le SYCTOM qui par son soucis du dialogue engage une large concertation. Je comprends leur souhait d’exposer les trois solutions envisagées afin d’assurer une réflexion partagée et éclairée sur l’ensemble des solutions pouvant être apportées.

C’est dans cet esprit que je souhaite donc que les débats à venir soient constructifs et nous permettent de définir ensemble, Syctom, associations, riverains, un projet de qualité pour notre territoire.  Je vous remercie. »

IMG_4054 (002).JPG

Le site du Syctom ne doit pas accueillir d’incinérateur

Le site du Syctom de Romainville qui reçoit 350 000 tonnes d’ordures ménagères résiduelles (OMR) chaque année, dont plus du tiers est en provenance directe du bassin d’Est Ensemble a été modernisé, humanisant davantage la chaîne de tri et permettant un traitement effectif de tous les plastiques.

Mais cette modernisation appelle d’autres préconisations afin de répondre à l’enjeu majeur du traitement des ordures ménagères résiduelles, ainsi qu’à l’amélioration du traitement urbain dans tout le territoire.

Ne pas reproduire les erreurs du passé, avec le TMB, projet porté par le Syctom jusqu’en 2015, ne signifie pas que nous ne devrions rien faire en matière de traitement des bio-déchets, de valorisation des ordures ménagères résiduelles. Ensemble, nous devons donc créer les conditions pour non seulement diminuer le tonnage des OMR, augmenter considérablement la part de ces déchets valorisés et tendre in fine vers une politique zéro déchet.

Mais surtout nous devons rester vigilants pour que ce site ne voit pas l’arrivée d’un incinérateur. Le traitement complet sur place des déchets en vue de la production d’une énergie à travers les combustibles solides de récupération (CSR) ne nous semble pas adapté. C’est dans ce sens que le Maire de Romainville est intervenue en conseil de territoire afin que la note de positionnement d’Est ensemble soit la plus précise et unanime possible et qu’elle corresponde pleinement aux attentes et aux ambitions que nous souhaitons pour notre territoire.

Budget 2017 – Intervention de Corinne Valls, Maire

Notre budget primitif pour l’année 2017 est conforme aux orientations budgétaires présentées le mois dernier. Un budget qui cette année encore s’accroît en terme d’investissement (48 648 229,49 euros) et pour lequel nous avons poursuivi nos efforts pour une maîtrise du fonctionnement (57 063 314,10 euros) tout en améliorant la qualité du service public.

Si cette année encore nous sommes en capacité d’investir de manière conséquente, c’est à travers une gestion saine et équilibrée de nos ressources et notamment de nos recettes. Nous entendons ici où là que la baisse des dotations de l’État nuirait aux collectivités locales.

Nous avons pu compter sur une politique gouvernementale visant à assurer une péréquation équitable entre les territoires et donc, au nom de ce principe à soutenir des villes comme Romainville. Si nous ne connaissons pas encore les montants précis des dotations de l’État pour l’année 2017, nous pouvons espérer pour une année encore un soutien nécessaire à l’investissement.

N’en déplaise à certains, c’est aussi à travers les projets urbains partenariaux, que nous dégageons des marge de manœuvre afin de continuer à renouveler et accroître les équipements publics sur la ville. En 2016 les conventions PUP (projet urbain partenarial) ont représentés une recette de 580 024 euros, pour 2017, le montant prévu est de 1 658 000 euros. Autant de recettes qui permettent de financer des écoles, des travaux de voiries, des services publics.

Cette année, notre budget est marqué par un désendettement exceptionnel de notre collectivité qui, conjugué aux faibles taux d’intérêt, nous permette d’emprunter pour conforter les investissements en cas de besoin.

A la lumière de ces éléments, cette année encore nous n’allons pas accroître la pression fiscale sur les Romainvillois. Pour la 9ème année consécutive la part communale des impôts locaux restera stable ! C’est ici un engagement pris devant les électeurs que nous respectons.

Je sais que l’opposition municipale trouvera encore à redire sur ce budget. Que vous trouverez à redire sur nos choix budgétaires qui visent à mieux maîtriser l’énergie en réhabilitant les équipements, à développer les mobilités, à soutenir le développement économique et l’ESS, à renforcer les services publics. Je pense à toutes les actions portées par les services à la population pour mieux accompagner les habitants, en terme d’éducation, de loisirs, de culture. Des champs de l’action publique pour lesquels nous investissons massivement depuis de nombreuses années en mettant en œuvre un projet de ville pour tous.

Des domaines aussi pour lesquels nous n’excluons jamais les opportunités.

Je pense à la Fondation Fiminco qui porte un projet de + de 9 000 m² dédié à la culture sur la ZAC de l’Horloge. Un projet qui ne coûte pas un centime aux Romainvillois, qui ne rapporte pas un centime aux élus non plus, je suis navrée d’avoir à le préciser mais certains tentent de le faire croire…

Un projet privé donc, pour lequel il y a un accompagnement politique fort c’est certain car nous sommes soucieux de renforcer la culture pour compléter l’offre proposée aux habitants et pour renforcer l’attractivité de notre territoire. Un, des projets comme celui porté par Nexity sur les Coudes Cornettes, où depuis février dernier un EPHAD de plus de 100 places a ouvert, qui participe au mieux vivre dans la ville des habitants.

Des projets nous en avons, nous en portons directement à travers les ZAC, le NPNRU Gagarine, les transports en commun, nous en accompagnons le mieux possible avec les moyens juridiques dont nous disposons. Nous en freinons d’autres aussi pour maîtriser au mieux les constructions sur les parcelles privées. Ces projets s’inscrivent tous dans la conduite logique de notre projet de ville, de nos engagements pris vis à vis de la population.

Notre projet est aujourd’hui en phase opérationnelle, je le dis et je le répète, le développement des transports en commun, de l’offre de logements, sociaux et privés, la création de nouveaux équipements publics nécessitent des travaux. Ces travaux ne durent qu’un temps mais permettent aux Romainvillois et Romainvilloises un parcours résidentiel ascendant, à de nouveaux habitants de s’installer à Romainville et en conséquence à de nombreux commerces de se développer sur le territoire durablement.

Ce budget est un peu particulier, car tous ici, à quelques semaines de l’élection présidentielle, nous ignorons dans quelle mesure l’Etat accompagnera demain les collectivités locales, nous savons seulement que les programmes portent des ambitions bien différentes pour le développement des territoires, pour l’avenir de notre société.

Dans ce contexte, en espérant le mieux pour le budget 2018, nous pouvons cette année encore nous féliciter pour ce budget sans précédant en terme d’investissement, raisonnable en terme de fonctionnement qui nous permet de poursuivre notre projet de ville pour toujours plus et mieux protéger, rassembler, innover et transformer.

Je remercie l’ensemble des élus de la majorité municipale, la direction générale et les agents de la Ville qui chaque année, à l’occasion de la définition du budget, s’attachent avec rigueur et enthousiasme à améliorer le service public.

Croire en l’innovation

La municipalité agit au quotidien pour développer l’innovation et l’économie sociale et solidaire sur le territoire. Lorsque l’entreprise d’insertion Baluchon est venue nous présenter son projet de plats cuisinés à partir de produits frais, locaux et de saison, nous l’avons accompagnée. Aujourd’hui, nous sommes fiers de constater leur réussite. Cette entreprise d’insertion est passée de trois à plus de cinquante salariés en moins de trois ans alors que l’opposition nous rabâchait sans cesse que c’était une mauvaise idée.

Aujourd’hui, ce sont les mêmes discours que nous entendons concernant notre projet d’agriculture urbaine. Alors que l’opposition n’y voit que de la communication, nous y voyons au contraire le développement d’une activité économique créatrice d’emploi, le renforcement des circuits courts et l’accès à une alimentation de qualité.

Au-delà de la tour maraîchère qui sera implantée dans le quartier Marcel Cachin fin 2018, offrant 1 000m2 de surfaces cultivables en cœur d’agglomération, c’est une véritable politique de réintroduction de l’agriculture dans nos villes que la municipalité porte. Cette ambition nous la portons avec d’autres collectivités, comme la Région Île-de-France, la Métropole du Grand Paris ou le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis. Ce projet bénéficie aussi du soutien de financeurs privés, sans solliciter un soutien financier des locataires de Romainville Habitat.

Une rentrée solidaire sous le signe de nouveaux équipements et services

Le début d’été a été meurtri par deux attentats barbares. Ces actes du 14 et 26 juillet nous laissent sans voix, sidérés et choqués devant l’horreur qui semble aller toujours plus loin et dont il n’est indiscutablement pas possible de s’habituer. Nous rendons hommages aux victimes et toutes nos pensées vont vers leurs proches.

Nous devons dépasser la peur est continuer à faire société ensemble, à mobiliser nos énergies pour faire vivre la démocratie et nos valeurs républicaines.

Les actions de la municipalité favorisent le vivre ensemble et cela passe par la rentrée qui s’annonce riche et variée avec de nouveaux équipements. L’extension du groupe scolaire Marcel Cachin avec six nouvelles classes, l’ouverture d’un nouvel multi-accueil au centre Louis Aubin avec 20 places, l’ouverture de deux parcours « bouge dans ta ville » pour inciter l’activité physique. Le tout nouveau Conservatoire à rayonnement départemental plus fonctionnel et plus adapté pour accueillir les cours dispensés ré-ouvrira également ses portes.

Cette rentrée est également synonyme de solidarité car la municipalité a révisé à la baisse les tarifs municipaux en faveur des familles les plus modeste sans aucune augmentation pour les autres familles.

Aujourd’hui ensemble, nous continuons d’agir pour apporter à tous les Romainvillois les clés pour bien vivre dans notre ville et de s’épanouir en resserrant les liens sociaux et humains.

Bonne rentrée à toutes et à tous!

Une nouvelle carte scolaire pour une meilleure mixité sociale

La municipalité conduit depuis fin 2015 une étude des besoins scolaires sur l’ensemble du territoire afin de proposer à la rentrée 2017 une nouvelle carte scolaire, assurant plus de mixité sociale pour garantir la réussite de tous les élèves romainvillois.

Ce travail se fait en étroite collaboration avec l’ensemble de la communauté éducative : représentants des parents d’élèves, enseignants, direction des écoles, inspecteur de l’éducation nationale, conseils citoyens participent à des groupes de travail. Ce travail de concertation permet de mettre en exergue les leviers pour renforcer la mixité sociale au sein des établissements scolaires de la ville.

La volonté de la municipalité est d’assurer aux enfants des conditions d’accueil et d’apprentissage de qualité. Cela passe pas de lourds investissements afin d’étendre ou construire des établissements mais également par la refonte de la carte scolaire pour offrir à l’ensemble des enfants des conditions d’accueil permettant leur épanouissement et offrant un cadre pédagogique de qualité.

Vous le voyez, notre engagement pour assurer un parcours éducatif de qualité aux jeunes romainvillois est total.